L’OBSERVATOIRE D’ORANGE

Présentation générale et situation

Après une année d’études sérieuses sur plusieurs sites Internet et après consultations diverses auprès de plusieurs architectes et bureaux d’étude, j’ai décidé de construire un observatoire proche de ma maison mais avec un positionnement bien précis. Obtenir le maximum de vue de l’est au sud-ouest, le nord étant quand même bien illuminé par les villes de La Roche sur Foron et d’Annemasse (respectivement à 10 et à 25 Km du site). Le plateau d’Orange (Haute Savoie) culmine à 1060 mètres d’altitude et domine toute la vallée , on peut apercevoir le lac Léman et le Jura au fond.

Conception de l’observatoire

J’ai tout de suite imaginé un observatoire de taille correcte de manière à « coller » au style de la maison principale, d’où des impératifs esthétiques : une terrasse environnante de 25 M² en caillebotis, un toit 4 pants en tavaillon (spécialité montagnarde Savoyarde) de red Cedar et un bardage de red cedar brut de sciage à l’identique de celui de la maison.

 

L’embase

Les trous mesurent 100 cm par 70 cm, l’intérieur du tube a été ferraillé en croix et enfoncé dans le sol avant de couler le tout avec quasiment 1 M3 de béton 300 Ko. Toutes les gaines électriques, téléphoniques et réseau ont été centralisées près du pied colonne. Tout le reste de la terrasse et de l’observatoire ont été isolés du pied colonne. Vous pouvez voir sur la photo ci contre les piliers de béton qui recevront les poutres porteuses du plancher terrasse et qui ne ne seront jamais en contact avec le pied colonne d’où l’inexistence de vibrations. La hauteur du pied colonne est de 110cm.

Le pied colonne

Le pied colonne est l’élément le plus important de l’observatoire, celui ci a été conçu avec une buse d’évacuation en PVC de 330 mm de diamètre, le trou qui reçoit le pied a été creusé avec de l’huile de coude, sa base est carrée de façon a diminuer les mouvements de terrain éventuels.

Montage des cloisons

La terrasse plancher est faite de planche de 145 cm de large et mesure 25 m², elle est faite de pin autoclave classe 4, la base porteuse est également en bois pin autoclave classe 4. Tout l’intérieur de la partie plancher est remplie de vermiculite qui est isolant naturel. Depuis quelques années la vermiculite a été évacuée et j’ai préféré laisser un vide sanitaire pour éviter que les rongeurs nichent. Régulièrement je jette du poison dans le vide sanitaire.

Montage des cloisons

Le tavaillon m’a permis de faire un grand toit sans que celui ci soit pour autant lourd (le red cedar est très léger et bien étanche à l’eau)

Par contre la conception du toit 4 pants et les matériaux employés ont considérablement augmenté le budget !

L’originalité de cet observatoire réside dans son toit à 4 pants et ses débords importants de chaque coté, ce qui lui confère une belle silhouette et de plus une bonne isolation contre la pluie et le soleil.

Vous pouvez remarquer sur la photo ci contre, le toit (en position ouverte) qui est supporté par l’ossature extérieure. La charpente est assez complexe pour un 4 pants et c’est un vrai travail d’expert charpentier.

Toutes les poutres porteuses sont doublées et lamellées collées, ceci afin d’éviter tout risque de torsion du bois, ce qui aurait une incidence sur l’ouverture du toit.

chacune des deux poutres porteuses du toit ont été munies de 4 roulettes en laiton et roulement étanche capables de supporter chacune 700 kg. Les barres pleines réceptrices ( 20 mm de diamètre) sont quant à elles soudées sur une barre plate qui est elle même vissée sur la poutre. Le tout a été peint avec une peinture antirouille.

A l’extérieur j’ai intercalé une barre creuse dans la quelle j’ai inséré un câble chauffant qui assure des barres sèches toute la nuit.

De chaque coté du toit, des barres de sécurité viennent s’enclencher automatiquement à l’avant et à l’arrière du toit (en position fermée) et empêcher éventuellement tout arrachage du toit par une tempête.

Problème en montagne

Il y a eu deux problèmes mineurs au cours de l’utilisation de l’observatoire : la neige recouvrait régulièrement les barres de toit extérieur, ceci a été corrigé en installant des petites toitures en alu amovibles.

Le givre en cours de nuit recouvrait les barres de toit et la fermeture du toit dès le petit matin devenait impossible. Les câbles chauffants munis d’un thermostat permettent une bonne gestion du givre.

Gérer le givre

Le givre en cours de nuit recouvrait les barres de toit et la fermeture du toit dès le petit matin devenait impossible. Un système de câbles chauffants a été installé et le problème a été résolu.

Ouverture motorisée

Un moteur de portail permet d’ouvrir et fermer celui ci très facilement. Il a fallu régler quelques problèmes de vibration mais dans l’ensemble celui ci fonctionne très bien même avec 50 cm de neige au dessus.

Le moteur de portail est de marque CAME modèle 800 Kg acheté chez Isnard Electricité.

Pour que le moteur fonctionne au mieux nous avons choisi de remonter très légèrement la course des barres à l’extérieur ceci afin de freiner légèrement la course de celui ci et de faciliter la fermeture au petit matin.