Abell2199 en Lrgb

 

Voici une vue annotate de l’amas de galaxie Abell 2199

Clic droit et ouvrir dans un nouvel onglet

Voici une vue de situation de l’amas Abell 2199, l’image juste au dessus est une vue d’une image faite au même moment mais avec mon autre newton Skyvision.

Clci droit et ouvrir dans un nouvel onglet

Données techniques

Commentaires sur l’objet photographié

outters-nicolas

L’amas de galaxie Abell 2199 est peu photographié par les amateurs, il s’agit là d’une image très détaillée de cet amas de galaxies où vous trouverez beaucoup de litérature sur cet objet rarement imagé !

Un site incontournable à lire et relire : L’univers jusqu’à 1 millard d’années lumières

et plus spécialement cette page très intéressante sur le groupe des amas d’Hercule : amas d’Hercule

et notamment cette partie très intéressante écrite par Richard Powell depuis son site Internet http://atunivers.free.fr/index.html :

L’étude scientifique des superamas d’Hercule

La première personne a avoir reconnu les superamas d’Hercule fut sans doute Harlow Shapley dans les années 1930. Il remarqua la paire d’amas A2197/A2199 et les trois amas A2147, A2151 et A2152. Par exemple, dans une conférence publiée en 1934, Harlow Shapley publia cette carte. L’amas en haut de sa carte est A2151 et en bas, une combinaison de A2147 et A2152.

Il fallut attendre les années 1970 pour que d’autres astronomes réalisent également la présence de superamas dans cette région. Massimo Tarenghi en 1976, en étudiant l’amas A2151, suggéra qu’il puisse faire partie d’un superamas. Lors d’une conférence sur la structure à grande échelle de l’univers en Estonie en 1977, il montra des preuves avec W Tifft, G Chincarini, H Rood et L Thompson de l’existence d’un superamas. Peu après en 1979 et 1980 ils publièrent une analyse plus détaillée de ce superamas dans deux articles ( 1, 2). Voici leur carte établie 45 ans après celle de Harlow Shapley.

En 1981 dans cet article, G Chincarini, H Rood et L Thompson ont montré que le superamas Sud était relié au superamas Nord par un mur de galaxies. S Gregory et L Thompson ont publié une analyse du superamas Nord dans cet article de 1984. »

NGC 6166 et Abell 2199 furent découvertes pour la première fois par William Herschel en 1791.

NGC 6166 est la galaxie centrale de l’amas de galaxies Abell 2199. NGC 6166 est également une double source radio. Il y a une galaxie NGC beaucoup plus faible dans ce groupe: NGC 6158, qui a également été découverte par William Herschel mais quatre ans avant de trouver NGC 6166. On se demande comment il a raté la galaxie beaucoup plus lumineuse la première fois. NGC 6166 semble être une galaxie quadruple à quatre noyaux. Les quatre objets semblent cependant avoir des décalages vers le rouge très différents, donc ils peuvent en fait être simplement des galaxies superposées. La modélisation suggère qu’il y a deux galaxies elliptiques ici et l’une d’entre elles semble avoir provoqué un sillage lors de son passage à travers l’enveloppe extérieure du NGC 6166. Il semble y avoir de grandes caractéristiques de nuages de poussière dans NGC 6166.  Si nous prenons la distance de l’amas à environ 410 millions d’années-lumière, cela donne une taille de 225 000 années-lumière pour NGC 6166. Malgré sa luminosité par rapport aux autres galaxies d’Abell 2199, il est certain qu’il est membre de l’amas et l’une des plus grandes galaxies connues. Abell 2199 et Abell2197 font partie des grands amas de galaxies dont les autres amas proéminents sont l’amas de Coma (Abell 1656), l’amas de Leo (Abell 1367) et l’amas d’Hercule (Abell 2151). Abell 2199 est classé selon les systèmes de classification d’Abell comme 2 1 I. C’est également le groupe de types pour la classification Bautz-Morgan Type 1. Les amas de type 1 sont dominés par une seule grande galaxie cD. Abell 2199 peut également interagir avec l’amas voisin Abell 2197 dont le centre ne se trouve qu’à environ 1,5 degré au nord. L’amas contient au moins  200 galaxies. C’est également l’un des clusters de flux de refroidissement classiques. Ici, le gaz au centre de l’amas de la galaxie se refroidit rapidement, provoquant l’écoulement de gaz chaud (quelques millions de degrés) au centre, puis refroidissant en émettant beaucoup de rayons X. Notez que les galaxies ici ne seront pas des cibles faciles. NGC 6166 est d’environ 12ème magnitude et en tant que tel devrait être visible dans un télescope de 25 cm

2020-06-09T21:14:09+01:00